Cap sur l’Âme du Blues


“Le blues est américain, mais son âme est en Afrique”
Seul l’étonnement compte. Une musique sans frontières.

Sébastien Lagrave, directeur Africolor « Que ce soit dans l’aigu ou dans le grave, il a une aisance vocale, une poésie dans sa voix (…) c’est vraiment un bluesman rocker… j’ai été vraiment sous le choc »
Jouer ensemble, c’est d’abord être libre

Une rencontre transculturelle entre musiques actuelles du vieux continent et musiques du monde d’Afrique centrale, un spectacle détonnant, vrai, réconfortant. La démonstration que la musique, lorsqu’elle est vivante, est universelle.
Faire venir le groupe est également l’occasion d’inviter d’autres artistes à prendre part à la fête et de créer de nouvelles surprises. Mais la rencontre, c’est aussi avec le public.

La création

A lui seul, Abdoulaye Nderguet embrasse toute la diversité du Tchad, pays carrefour partagé entre le désert et la forêt équatoriale, entre l’Islam et la chrétienté Cette aptitude à concilier ce qui souvent semble opposé a fait de ce chanteur l’interlocuteur désigné pour donner corps à un dialogue entre le jazz et sa culture solidement enracinée en Afrique

“Je vous propose de la chanson tchadienne. Pour la musique, faisons comme on veut ou comme on peut.” C’est dans cet état d’esprit bon enfant qu’Abdoulaye Nderguet a fait la connaissance d’Emmanuel Bex et des musiciens du Bex’tet, invités à l’Institut français de N’Djamena en octobre 2019. Pas de pression. Sans doute est-ce cette absence d’enjeux qui a permis à l’un et aux autres de se laisser surprendre par la magie. Leur conversation musicale les a entrainés vers un horizon commun, l’expression d’une humanité qu’ils ont appelé “l’âme du blues”, formule devenue le titre évident de ce premier album.

D’un côté, il y a le chanteur Abdoulaye Nderguet, 50 ans, une voix qui lui vaut le surnom de “rossignol du Tchad” tant il lest capable de la moduler, à l’aise dans les graves comme les aigus – ce qui contraste avec son physique de (ancien) basketteur ! Durant toute sa vie artistique, il a acquis différentes techniques de chant traditionnel qui ont façonné sa personnalité vocale. On y trouve des éléments “typiques du sahel” qui s’apparentent beaucoup au blues, assure-t-il, mais aussi d’autres qui côtoient le rock ou s’approchent d’un genre similaire à celui des griots d’Afrique de l’Ouest. Tout un panel qu’il espérait secrètement avoir l’opportunité de mettre un jour en valeur, donnant un nouvel élan à sa carrière. Quand il s’était fait connaitre de ses compatriotes la fin des années 90, c’était au sein de Tibesti, groupe pionnier de la musique tchadienne moderne pour lequel ce fils de militaire avait abandonné ses études de biologie. Puis il a poursuivi en solo avec des productions conformes aux standards locaux et destinées au marché domestique.

De l’autre, il y a l’organiste et pianiste français Emmanuel Bex, 63 ans, figure de la scène jazz, récompensé à de multiples reprises (Prix Django Reinhardt, Victoire du jazz, Grand Prix de l’Académie Charles Cros…). Héritier d’Eddy Louiss avec ce même sens du groove, il a mis son Hammond dans de nombreux projets. L’homme décloisonne. Lorsqu’il s’est envolé pour le Tchad afin de s’y produire en trio avec ses deux acolytes du Bex’tet, il n’imaginait probablement pas qu’il était inconsciemment attendu par un chanteur qui n’avait jamais entendu parler de lui.

Dans cette langue de notes et d’accords qu’il pratiquent et savent faire entendre, ils se sont instantanément trouvés. Au fil des jours et des retrouvailles en France en 2020, un répertoire est né, “dans le ressenti de la musique” plus que dans l’improvisation, avec cette spontanéité du jazz qui semble si familière à Abdoulaye, à en juger par son plaisir à dans un tel exercice.

Lors de l’enregistrement à Paris, et parce que la musique est un plat qui se partage, une poignée d’invités s’est glissée à leurs côtés pour ajouter quelques nuances supplémentaires : l’harmoniciste réunionnais Olivier Ker Ourio, la chanteuse brésilienne Mônica Passos, la flutiste franco-syrienne Naïssam Jalal. En studio comme sur scène, ils empruntent des routes qui se moquent des chapelles, proposent des directions inédites. Ils élargissent le monde.

Live accoustique Africolor
Le spectacle

Rencontre autour de la voix extraordinaire du chanteur tchadien Abdoulaye Nderguet et le blues animal du Bex’Text conduit par Emmanuel Bex qui nous emmène avec puissance et beauté vers de nouveaux territoires. Cette voix de sable qui transpire la richesse des cultures du Sahel fait irruption dans un blues sans limites et très actuel. Seul l’étonnement compte. Une musique sans frontières.

Encounter around the extraordinary voice of the Chadian singer Abdoulaye Nderguet and the animal Blues of the Bex’Text led by the great Emmanuel Bex who takes us with power and beauty to new territories. This « voice of sand », which transpires richness of Sahel’s cultures, bursts into a contemporary blues without limits. Only astonishment counts. Music without frontiers.

L’album : l’Âme du Blues

L’Âme du Blues, est le 1er album du groupe Abdoulaye Nderguet & le Bex’Tet. Il a été enregistré au Triton et est distribué par L’Autre Distribution. La release a eu lieu le 6 avril 2022 au Studio de l’Ermitage avec les invités Naïssam Jalal et Olivier Ker Ourio.

Cet album de 14 titres est le fruit de rencontres avec le Bex’Tet mais également avec Olivier Ker Ourio, Naïssam Jalal, Monica Passos et AfrotroniX.
L’album fait partie des éditions @RfiTalent.


L’Âme du Blues, focus sur quelques titres

Amdagor

Chanté en arabe tchadien, la langue des dirigeants actuels au Tchad, ce morceau entretient un lien de cousinage avec le rock anglais. Il en possède toute l’énergie sur scène, quand la version studio fait ressentir une chape de plomb, un climat électrique d’avant orage. A travers la métaphore, la dimension politique du texte se devine :
      Seuls les lions se mesurent aux lions
      Si le cheval gagne la course
      Le propriétaire reçoit les lauriers
      Ainsi est la loi du pouvoir
      Le pouvoir a son lot de privilèges
      Qui est au sommet n’a pas droit au sommeil

Adieux

Quand les chants de deuil du sud du Tchad rencontrent la culture classique du vieux continent, sans que l’un prenne l’ascendant sur l’autre, cela donne Adieux chanté en sarha. Ce morceau illustre le riche processus créatif qui a prévalu lors des différentes phases de conception de l’album. Ici, tout a commencé a cappella. Puis un début de mélodie à la guitare acoustique dans un esprit rappelant une suite bachienne. Enfin la flute et la voix de Naïssam Jalal interpelée par le chant d’Abdoulaye, qu’elle vient soutenir.

Regarde le ciel

La terre tremble lorsque chanteur et musiciens jouent ce morceau, qui dit à la fois tout l’amour d’Abdoulaye pour la langue française (cinq textes en français sur l’album) et sa confiance en l’avenir avec travail et patience, tout arrive. Embarquez à bord du véhicule musical piloté par Emmanuel Bex et contemplez les paysages qui défilent tout au long de ce road movie au fort pouvoir suggestif.

Bardjal

Issus de la même région, ils ne s’étaient jamais perdus de vue depuis l’aventure HSAO en 2020 qui a amené Caleb Rimtobaye au Canada. Caleb sacré sous le nom d’AfrotroniX comme meilleur DJ africain de l’année 2018 et Abdoulaye se sont retrouvés à N’Djamena en juillet 2021 pour enregistrer ce titre techno ethnique chanté en arabe tchadien. Un réveil quasi garanti des dieux de la danse avec ce beat typiquement africain.

Les artistes du groupe

Abdoulaye Nderguet pendant la campagne contre le palu au Tchad

Abdoulaye Nderguet grandit à Sarh, ville mythique du Tchad dont les habitants sont les enfants de Ra, dieu égyptien du soleil. Il chante toujours les traditions du Tchad: chants arabes du Chari-Baguirmi, rythmes et danses du Boulala, berceuses et chants funèbres Sara…

Abdoulaye intègre le groupe Tibesti à 22 ans. En 1996, il chante au Fest’Africa avec Papa Wemba. En 1997, il est finaliste du concours RFI découverte, l’une de ses chansons est retenue 2ème derrière Rokia Traoré qui remporte le concours. En 2000, vient le Ngombi festival puis une Tournée du Fest’Africa en France avec le groupe H’Sao. Il crée le groupe Shila-Shila. En 2012, il devient l’ambassadeur de la lutte contre le paludisme à New York, il enchaine au MASA à Abidjan en 2014, etc…

Abdoulaye a quatre albums à son actif : ESPRIT avec Tibesti (1997), BALSA avec HSAO (2000), VOIX DE SABLE (2009) et MONDE IMMORAL (2013) en solo. Il prépare aujourd’hui un album authentique aux confluences du Jazz et de la musique traditionnelle tchadienne : l’âme du Blues.

Emmanuel Bex au Triton dans le Bex'Tet

Emmanuel Bex, pianiste et organiste français, est 1er prix de piano, de basson, de musique de chambre, de solfège spécialisé, d’harmonie, d’analyse musicale…

La découverte de Miles Davis sera une véritable révélation, point d’orgue vers sa carrière de jazzman. Concerts, enregistrements et tournées internationales se succèdent avec Turk Mauro, Barney Wilen, Gérard Marais, Aldo Romano, Babik Reinhardt, Christian Escoudé, Gordon Beck, Claude Barthélemy, Marcel Azzola, Bireli Lagrene, André Ceccarelli, Sylvain Beuf, Michel Graillier, Simon Goubert, Glenn Ferris…

De nombreuses récompenses ponctuent ses créations : Prix de Composition de la Sacem 85, Choc de l’Année Jazzman 91, Prix Django Reinhardt 95,… Django d’or aux victoires du Jazz 2002, 2003… Emmanuel est le poète de l’instant présent….

Antonin Fresson dans le Bex'Tet au Triton

Antonin Fresson commence la guitare à 6 ans. Il obtient des DEM de guitare classique, de Jazz et de musiques improvisées ainsi qu’une licence de musicologie au Centre des Musiques Didier Lockwood. Il joue avec Paul Breslin, Roland Romanelli, Simon Goubert, Mathias Levy, Paco Séry, JP Viret, Lukmil Perez et avec Emmanuel Bex avec qui il noue une étroite relation musicale…

En 2017, il crée Freezone power trio. Antonin est guitariste dans l’opérette «Azor » de E. Bex, le quintet Daïda de Vincent Tortiller, le quintet Theoreme of joy de Thomas Julienne, le groupe hiphop-­jazz BassandBeat de C. Cliquet et E. Camy, «Emcee Agora & the Monf’s connection» avec A. Monfort, S. F’hima, T. Peyron et le groupe triphop Pléthore qui s’illustrera au Bataclan…

Antonin est membre du trio « Bex’tet » d’Emmanuel Bex et accompagne la chanteuse SeBa à l’international. Avec son groupe Daïda, Antonin vient de remporter le Concours national de la Défense en juin 2021.

“Tristan

Tristan Bex suit des études classiques de piano et de percussions au CRR Aubervilliers-La Courneuve. Issu d’une famille de musiciens, il joue de la batterie à 10 ans et étudiera avec Simon Goubert et André Charlier…

Il se perfectionne au CRR de Versailles (DEM mention spéciale à l’unanimité), International Music Academy, Centre des Musiques Didier Lockwood. Il joue avec l’Orchestre EWA (brésilien), avec This Is Chronicles (rock), fait une tournée aux USA avec la chanteuse américaine Frances Priya et le groupe Celosia. Tristan est batteur de jazz avec Olivier Temime, Francesco Bearzatti, JP Viret , Emmanuel Borghi, E. Bex…

En 2019, il tourne en France dans l’opérette policière pop-jazz « Azor » de Stéphane Bruet, monte « BAKA» en quintet, intègre le Bex’tet d’Emmanuel Bex avec Antonin Fresson et accompagne la chanteuse SeBa à l’international.


Les artistes invités

Olivier Ker Ourio est né à Paris mais passe son enfance à l’île de la Réunion. A l’âge de 8 ans, ses parents lui offrent son premier harmonica chromatique -avec un piston qui permet d’atteindre les dièses et les bémols-. D’un simple jouet, l’harmonica devient une passion.

Salué par les critiques comme le seul vrai successeur de Toots Thielemans, OKO – Olivier Ker Ourio – est un brillant compositeur mais aussi un leader inspiré. Il est aujourdhui considéré comme l’un des meilleurs harmonicistes chromatiques de jazz de la planète. Après 25 années de carrière à Paris, il garde un attachement profond à l’île de la Réunion et à sa créolité. A 50 ans, il porte toujours en lui le feu sacré pour, avec ses amis de la scène jazz et créole, faire vivre ses traditions multiculturelles dans la musique jazz et les musiques actuelles.

Dans ses onze albums, ses compositions révèlent un monde poétique habité de mélodies lyriques, d’harmonies et de rythmes inventifs. Intervenant au Centre des Musiques Didier Lockwood, OKO est l’invité de très nombreux projets.

Mônica Passos est une chanteuse, comédienne et auteur-compositeur brésilienne, née à São Paulo en 1956 et installée en France depuis 1980.

Alors que son dernier album était récemment classé par Jazzman/Jazz Magazine parmi les 100 disques de chanteuses et les 80 de musique brésilienne les plus importants de tous les temps, la revue a reconnu en Monica Passos « tout simplement l’une des plus belles voix d’aujourd’hui».

Cette diva fellinienne, qui se destinait initialement uniquement à la comédie, s’est peu à peu dirigée vers une chanson mêlant bossa nova et traditions populaires brésiliennes. Elle compose aussi certaines de ses chansons en français.

Elle a été récompensée en 2005 par le Django d’Or dans la catégorie « Musiques Traditionnelles du Monde »

Naïssam Jalal est née à Paris, de parents syriens, la musicienne s’est construite, dès l’âge de 6 ans, sur le plan artistique dans la multitude des rencontres humaines et artistiques… A 19 ans, Naïssam part poursuivre son apprentissage au Grand Institut de Musique Arabe de Damas où elle étudie le nay puis enrichit son jeu auprès des plus grands maîtres de la musique arabe classique.

Du rap au jazz contemporain, en passant par le tango ou l’afrobeat, Naïssam Jalal joue aujourd’hui avec tous et se joue de toutes les catégories musicales.

Naïssam reçoit le prix de l’académie Charles Cros en 2017 avec son quintet Rhythms of Resistance. Leur exploration du hip hop instrumental avec le rappeur palestinien Osloob dans la formation Al Akhareen sera couronnée par le Prix des Musiques d’ICI 2020. La quête spirituelle tournée vers la transe et le silence de son trio Quest of the Invisible accouchera d’un album du même nom. Aux Victoires du jazz 2019, il est primé comme « album inclassable de l’année ».

Ils en parlent…

« L’Âme du Blues, (…) passerelle de cultures éloignées rapprochées par la note bleue. Un petit sortilège aux accents incantatoires » AMINA

« Un dialogue improbable et saisissant entre cette voix à la coloration sahélienne et l’orgue Hammond à la frontière du jazz et des musiques improvisées » RFI Musique

« Surnommé le ROSSIGNOL DU TCHAD, il fait vibrer les racines africaines du blues avec les musiciens du BEX’Tet. Une voix puissante et apaisante. » Afrique MAGAZINE

« le tchadien Abdoulaye Nderguet & Le Bex’Tet (…) semblent communier [avec] et invoquer les esprits. » Farfinet.com

« A travers le frangin qui va jouer, Abdoulaye Nderguet & le Bex’Tet, vous verrez que la force c’est ici, en Afrique » Cheick Tidiane Seck, Ouaga Jazz Festival

« Que ce soit dans l’aigu ou dans le grave, Abdoulaye Nderguet a une aisance vocale, une poésie dans sa voix (…) c’est vraiment un bluesman rocker… j’ai été vraiment sous le choc  » Sébastien Lagrave, Africolor

« Abdoulaye Nderguet (…) le rossignol tchadien et sa voix d’or ! » Deutsche Welle

« Quand la beauté de la chanson tchadienne et française se lie au blues actuel du grand organiste Emmanuel Bex, la magie opère » Catherine Carette, FIP, RadioFrance

« Rencontre de la voix unique du chanteur tchadien Abdoulaye Nderguet et du blues sans frontière du Bex’tet » Le Monde Afrique

« Leur collaboration concrétisée par l’album L’âme du blues se révèle aussi naturelle que symbiotique » Bertrand Lavaine, RFI

« Abdoulaye Nderguet, le rossignol tchadien… une légende » SAO MAGAZINE

« Abdoulaye Nderguet is listed among the musicians who are raising the flags of Africa higher through music » Accra Jazz Festival 2022

« Entre jazz éruptif et swing musette, rock et ballade, ils mettent du rififi dans les traditions du Sahel. » TELERAMA

« Emmanuel Bex est un immense organiste, aujourd’hui sans concurrence… » JAZZ MAGAZINE

« Emmanuel Bex est une figure des plus impressionnante du jazz européen. » Armand Meignan, EUROPE JAZZ FESTIVAL

« Associée à un charme qui, d’emblée, tient du sortilège, il y a là une profondeur d’expression qui m’a beaucoup séduit : le pouvoir de dire, la poésie du discours… » FRANCE MUSIQUE

« On l’oublie mais l’orgue partage avec l’amour et le délice, le privilège de changer de genre au pluriel. Entre les mains de Bex, il fait mieux encore. Il change de nature pour devenir une vraie machine à bonheur. » JAZZMAN

« Cet homme n’est pas seulement un organiste, et pas seulement un jazzman : c’est un faiseur de mondes. Un rêveur qui fabrique des mirages en dur. Un skipper de chimères, laissant derrière lui un sillage d’îles au trésor. » DIAPASON

« Olivier Ker Ourio On comprend pourquoi tant de musiciens ont tenu à jouer avec lui : il a le souffle de l’âme » Michel Contat, Télérama

« Ce supplément lyrique s’appelle le charme. Lester Young, Miles Davis, Chet Baker, Stan Getz et quelques autres ont su apprivoiser ce don qui permet de transformer le souffle en ce « quelque chose de bleu qui paraissait une aile » (Victor Hugo). Olivier Ker Ourio appartient sans nul doute à cette tribu d’élus » MAGIC TREE, Plus Loin Music

« On l’a dit mille fois, Olivier Ker Ourio est le digne successeur de Toots Thielemans auquel son jeu peut faire penser mais ce disque-ci, par la combinaison ingénieuse des sonorités, la modernité expressive des rythmes et l’originalité des mélodies, est le sien à lui tout seul. Indéniablement ! » P. Dulieu, Dragon Jazz Magazine

« Diva sublime, femme de coeur et de luttes, poétesse de jour et comique de nuit, improvisatrice devant l’Éternel et devant son Prochain, Mônica Passos est  » tout simplement l’une des plus belles voix d’aujourd’hui » Jazz Magazine

« Mônica Passos : Phénomène naturel totalement anormal » Le Monde

« Vamp ou mutine, insolente ou tragique, les qualifiants ne manquent pas pour décrire Mônica Passos, cette brésilienne qui semble sortir tout droit d’un film de Fellini » Le Figaro

« Mônica Passos : Passant du grave au facétieux sans transition, retournant nos émotions d’un revers de registre dans des enchaînements surréalistes fulgurants » Libération

« Naïssam Jalal : Sa musique est une revendication dépourvue d’apitoiement. Elle porte juste en elle la rage qu’anime notre condition humaine avec, pour aspiration, la liberté » Libération

« Naïssam Jalal, en colère, meurtrie, abasourdie, horrifiée ou concentrée sur le souvenir d’une culture aujourd’hui dévastée, sa musique apparaît comme une projection directe de son âme, une peinture à vif des sentiments qui l’animent » Les inrocks

« La flûte de Naïssam Jalal est franche, on reconnaît sa sincérité quelque soit l’intensité du jeu engagé » Citizen Jazz

« Naïssam Jalal : Rebelle aux assauts virtuoses auxquels se prêtaient sa flûte traversière et sa flûte nay, cette grooveuse, préfère les ruptures de rythme, les thèmes effleurés et le suspense de l’improvisation » Télérama

Cap sur l’Âme du Blues, la tournée

DateVillePaysLieu
septembre 2021
ven. 03 sept. 21 ParisFrance Le SUNSET
sam. 11 sept. 21 La Courneuve France Fête de l’Humanité
lun. 13 sept. 21 Paris France FRANCE Musique, OCORA
octobre 2021
sam. 09 oct. 21 Paris France Casino de Paris
sam. 16 oct. 21 Les Lilas France Le TRITON
novembre 2021
sam. 06 nov. 21 Lome Togo Institut Français du Togo
ven. 12 nov. 21 Ouagadougou Burkina Faso Princess Yenega
sam. 13 nov. 21 Ouagadougou Burkina Faso Festival Rendez vous chez nous
jeu. 18 nov. 21 Conakry Guinée Conakry Festival Jazz Conakry
sam. 20 nov. 21 Bamako Mali Bamako Jazz Festival
mar. 23 nov. 21 Kinshasa RDC IFC
ven. 26 nov. 21 Kisangani RDC Alliance française de Kisangani
décembre 2021
mer. 01 déc. 21 Luanda Angola Palais de Fer
mar. 07 déc. 21 N’Djamena Tchad Institut Français du Tchad
jeu. 16 déc. 21 Fontenay-sous-Bois France Le Comptoir
janvier 2022
lun. 10 janv. 22 Saint-Denis France St-Denis Jazz Club
avril 2022
mer. 6 avr. 22 Paris France Studio de l’Ermitage
jeu. 7 avr. 22 Le Vesinet France Théâtre du Vesinet
ven. 9 avr. 22 N’Djamena Tchad La Tchadienne
mar. 19 avr. 22 N’Djamena Tchad Institut Français du Tchad
ven. 22 avr. 22 Libreville Gabon La Tasca
sam. 23 avr. 22 Libreville Gabon Institut Français du Gabon
sam. 30 avr. 22 Accra Ghana Clôture Accra Jazz Festival
mai 2022
mer. 4 mai 22 Abidjan Côte d’Ivoire Institut Français de Côte d’Ivoire
sam. 7 mai. 22 Ouagadougou Burkina Faso Clôture Ouaga Jazz Festival
juillet 2022
jeu. 28 jui. 22 Paris France La Bellevilloise

Contact

Pascal TREHET
Tel. : +33 662 700 709
Mail : pascal.trehet@gomusick.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.